Lumière pulsée

La lumière pulsée est une technique d’épilation qui consiste à détruire le poil et son bulbe. Elle se réalise aussi bien à la maison que dans un institut de beauté. Son atout principal est la repousse qui est plus durable par rapport aux autres techniques d’épilation.

Le fonctionnement de la lumière pulsée

L’épilation à lumière pulsée fonctionne grâce à une lampe flash émettant une lumière à 70°C absorbée par la mélamine (le pigment) du poil. Elle s’attaque au bulbe ainsi, l’épilation est plus durable, voire même définitive. Concrètement, l’appareil convertit localement la lumière en chaleur afin d’endormir le bulbe fabriquant le poil. Le principe de la lumière pulsée est pareil que celui du laser. De plus, qu’importe la zone à épiler, il faut porter des lunettes de protection. Quand on commence l’épilation à lumière pulsée, les séances doivent être espacées d’un mois, et après quelques séances, c’est 2 à 3 mois. Au bout de 2 ans, c’est de 6 à 12 mois pour arriver à terme de 2 à 3 ans.

Les avantages de l’épilation à lumière pulsée

L’épilation à la lumière pulsée présente de multiples avantages. Avant tout, c’est une technique sans danger et sans douleur, il n’y a aucune irritation après chaque séance. Mais en plus, l’épilation est longue durée, car la repousse ne se constate qu’après 2 ou 3 ans. Les résultats sont nettement visibles après 3 séances, et 90 % des poils sont détruits de manière durable en 5 séances. La lumière pulsée a prouvé son efficacité sur les poils du maillot et des aisselles, les poils plus foncés et plus denses. Actuellement, on trouve désormais des appareils utilisables chez soi, et en avoir un est plus rentable que faire des séances dans un institut. Toutefois, il faut remplacer la lampe après un certain nombre de flashs.

L’épilation à lumière pulsée est contre-indiquée pour les femmes enceintes et allaitantes, les personnes épileptiques, diabétiques et cardiaques, les personnes souffrant d’une maladie de sang ainsi que les personnes sous traitements anticoagulants, antibiotiques ou photo-sensibilisants.